[Interview] Mikl mayer

Auteur de Bandes Dessinées autour des thèmes comme l’homosexualité ou l’homoparentalité. Il était tout simplement indispensable de ne pas vous en dire plus sur cet auteur, qui mérite qu’on s’y intéresse.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Me présenter, c’est toujours un exercice difficile. Que te dire ? Je m’appelle Michael et, à vrai dire, je n’ai jamais compris l’intérêt de parler de moi. Je suis un garçon banal, avec ses rêves et ses envies. Le rêve de vivre de ce qu’il aime, l’envie d’amour, d’ailleurs aussi peut-être. 

Je dessine depuis l’âge de 5 ans il me semble. Je suis passionné par les Disney. Ce sont ces films qui m’ont donné l’envie de créer, ce qui est devenu, ou l’était déjà, je ne m’en souviens plus, un besoin vital. 

Dans mes histoires, j’y mets souvent ce que je ressens. C’est pour moi le meilleur moyen de m’exprimer, particulièrement à l’adolescence… je pense que c’est un passage difficile pour beaucoup d’entre nous. Tellement de choses se décide où se concrétise à cette période. C’est dans mes dessins que je me présente. Qui je suis, ce que je ressens, ce que je défends, ce que j’aime ou n’aime pas, mais aussi mes rêves et mes craintes, mes doutes et mes convictions… tout est là !

Y-a-t-il une différence entre le toi en tant qu’homme et le toi en tant qu’auteur et dessinateur ? Parfois certains ont un rôle différent dans leur expression de leur art ou dans leur travail, comme un masque.

C’est très étrange comme question… je suis moi quel que soit le rôle que je porte. J’ai toujours cru en la sincérité. La seule différence est sûrement que je me livre bien plus dans le dessin, mais ça reste ma façon d’être, de m’exprimer. 

Il est vrai que le dessinateur doit faire face à des phobies que l’homme a, comme la peur de la foule, les regards que l’on peut porter sur moi, cette timidité maladive qui me ronge, mais je pense que mon visage l’exprime très bien et ne sait pas vraiment le cacher. Il faut, des fois, savoir se faire violence.

Tu peux nous parler un peu de ton parcours ? Scolaire puis professionnel ? Et comment tu en es arrivé là ?

Mon parcours scolaire est très chaotique. J’étais constamment sur mon nuage, et la réalité m’a vite fait redescendre sur terre. Quant au parcours professionnel, il est surtout fait de rencontre, de nombreux soutiens. A vrai dire, ce sont ces soutiens qui nous portent et nous font avancer.

J’ai d’abord dessiner une BD sur un groupe d’ados et je me suis fait un peu connaître dans la région toulousaine où je vis encore, puis avec « Mes papas et moi » qui m’a permis de prétendre a encore plus de visibilité, par le média Têtu, puis Yagg et Garçon Magazine. J’y ai rencontré des éditeurs, chose incroyable. Même si les publications restaient à une petite échelle, ce fut pour moi une grande victoire. Mais la suite promet d’être encore plus incroyable.

Forcément, j’ai été frappé par tant de sincérité à travers Le Monde de Loic, est-ce qu’il y a du vécu derrière ?

Il y a du vécu dans toutes mes histoires, il faut juste savoir faire la part des choses et distinguer le vrai du faux. Alors oui, Loïc a une histoire forte, auquel beaucoup peuvent, et j’ai envie de dire hélas, se reconnaître, des choses que j’ai moi-même vécu, mais aussi des choses que j’avais simplement envie de raconter. Mais c’est le cas de presque toutes mes BD.

Tu alternes constamment entre gravité et humour, c’est un reflet de ta personnalité et de comment tu aimes voir les choses ? Ou c’est pour ne pas rendre tout cela trop dramatique dans ta façon de montrer les choses ?

Parce que j’aime parler de sujets graves seulement, il faut aussi leur donner un peu de légèreté. Et puis, la vie est faite de moments difficiles comme de moments heureux. On compose avec, on avance ainsi.

Pourquoi aborder des thèmes comme l’homoparentalité, ou l’homosexualité ?

Et pourquoi pas ? C’est des sujets comme un tas d’autre. Ce ne sont d’ailleurs pas les seuls que j’aborde, loin de là !

J’ai vu également qu’on pouvait lire des BD sur ton site moyennant un abonnement de 2 euros, tu peux expliquer un peu le fonctionnement et le principe ?

Le principe est simple. Je publie une BD tous les dimanches et l’abonnement permet d’y avoir accès. Il me permet ainsi de financer le site, et les applis sur Apple et Android. Peut-être à la longue me payer aussi mais il va falloir être patient pour ça. 

Depuis le début de la pandémie, mon site est devenu mon seul moyen d’éditer. Mon album a été plusieurs fois repoussé. J’espère le voir sortir à la fin de l’année. 

Je vous propose de découvrir gratuitement la saison 1 de Le Monde de Loïc afin de goûter à ses dessins et à sa façon d’écrire.

Thomas

A Propos de l’Auteur /

Amateur de ciné, séries, autour des thèmes LGBTQ

Laisser un commentaire

Ton adresse mail ne sera pas affichée.

Start typing and press Enter to search